Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’image contient peut-être : texte

Le danger qui menace l’Afrique noire, c’est celui de la pauvreté matérielle doublée de la pauvreté morale, celle du cœur et de l’esprit.

- Les responsables africains ont-ils gagné en qualité depuis les 


indépendances ? 
- Ont-ils gagné en conscience ? 
- En humanisme ? 
- Ont-ils gagné en raison ? 
- Les Africains laisseront-ils enfin germer ou renaître en eux ce 
fonds d’humanité et de liberté indispensable à l’accomplissement 
de l’homme ? 
- Car c’est là que résident aussi les maux de l’Afrique contemporaine.

Il appartient aux Africains de se prendre en charge, d’apprendre à exister ensemble et d’intégrer dans leur culture cette qualité essentielle sans laquelle aucun progrès ne saurait s’accomplir: celle de se remettre en question.

Comment peut-on parler de progrès enfin lorsqu’on cultive dans le peuple « l’esprit de jouissance et de torpeur » qui le maintient au stade de l’immédiateté, et d’un matérialisme antinomique de la pensée libre et créatrice ?

L’Afrique aurait pu montrer au reste du monde que la richesse peut être autre chose que matérielle ; il y a des gens très riches matériellement mais très pauvres par le cœur ; à l’inverse, il y a des gens très pauvres matériellement mais très riches de cœur.

Si, au lendemain des indépendances, l’Afrique apparaissait comme un bébé apprenant à marcher, aujourd’hui, après un quart de siècle de souveraineté nationale, elle est en passe de devenir un paralytique qui ne marchera pas. malade d’elle-même.

où va l’Afrique ?
Si l’Afrique ne change pas de voie, la situation économique de ce continent, sa situation sociale et morale constitueront la plus grave menace qui pèsera sur le monde de demain, menace aussi importante que celle d’une Troisième Guerre mondiale, et l’obligeront, en tout cas, à laisser sa chaise vide au « banquet de l’universel ».