Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
 
Est issu d'une langue très ancienne, "l'IRANIEN AVESTIQUE" dans laquelle pairidaēza, signifie "enceinte royale ou nobiliaire".
Le terme se transmet ensuite au Persan (pardēz, voulant dire enclos), puis au grec ancien παράδεισος (« paradeisos » signifiant un parc clos où se trouvent des animaux sauvages) pour aboutir enfin au latin chrétien (paradisus).
Le mot « paradis » vient du persan où il signifie jardins. Etonnant non !
Pas tant que cela : c'est en Mésopotamie, capitale Babylone, bien connue pour ses magnifiques jardins suspendus, 7° merveille du monde antique
Origine du mot Pardesa, L'origine du mot «paradis» est perse , et le concept de l'au-delà est transféré au judaïsme post-exilique. Le jardin paradisiaque est une forme de jardin d'origine ancienne iranienne, spécifiquement achéménide . Initialement dénommé par un seul nom désignant «un composé ou un jardin clos», le séparant de « pairi » («autour») par un « daeza » ou « diz » («mur», «brique» ou «forme» ), Xénophon a grécisé l'expression persane " pairi-daeza " en " Paradeisos ".
La vie après la mort selon la tradition zoroastrienne
Séparation automatique par pont programmé: "zend-avesta"
Selon la tradition zoroastrienne, après la mort du corps, l'âme reste dans ce monde pendant trois jours et trois nuits, sous la garde de Sraosha , l'un des Yazatas ou anges. Pendant cette période, des prières sont dites et des rituels sont exécutés pour assurer un passage sûr de l'âme dans le royaume spirituel. À l'aube du quatrième jour, on pense que l'esprit est passé dans l'autre monde, où il arrive au pont allégorique de Chinvat - « pont du jugement».